26 décembre 2016

Velouté de chou romanesco, Shimeji poêlés et oeuf mollet

Aujourd'hui je vous propose une recette de velouté bien gourmande, avec plein de choses dedans :-)
Je ne sais pas si vous êtes copain avec le chou romanesco, mais personnellement je ne l'avais jamais cuisiné avant. Disons que le chou et moi on se connait plutôt en version sucrée avec de la crème !

Pourtant c'est joli, un chou romanesco.
Et c'est même plutôt bon ! En tout cas on s'est tous régalés avec ce velouté.
Elle me vient une fois de plus de Cook'n box, et c'est dans le cadre de notre partenariat que j'ai revisité cette recette (et oui, j'avoue que je n'aurais pas eu l'idée de faire un velouté de chou romanesco, là comme ça).

L'idée de verser le velouté sur l'accompagnement au dernier moment, comme au restaurant, m'a plutôt séduite. C'est quand même un peu plus sexy pour servir un velouté à ses invités, et ça permet de faire une jolie présentation (vous remarquerez que je n'ai pas mis de photo post-déversement du velouté dans l'assiette, car c'est franchement pas l'image qui donne le plus envie !)
Et ce jaune d’œuf coulant qui vient se mélanger au tout... vous m'en direz des nouvelles.

Petit conseil : ne négligez pas l'assaisonnement, sinon le tout pourrait paraître un peu fade.
Je dis ça car j'ai fait tomber la salière dans mon velouté (au sens propre), et je pensais que cela rendrait mon plat incomestible. Et bien non, il faut croire que notre palais est mal habitué ! C'était assaisonné juste ce qu'il faut, et c'était limite si on ne raclait pas la casserole...

***

Préparation : 20 minutes
Cuisson : 20 minutes
Difficulté : facile

Ingrédients (pour 4 personnes)
- 1 chou romanesco
- 20 cl de crème liquide
- 2 sachets de bouillon de volaille Ariake
- 50 cl d'eau chaude
- 4 gros oeufs
- 240 g de Shimeji
- 10 brins de persil plat
- 2 échalotes
- 20 g de gros sel
- 15 cl d'huile d'olive
- sel fin
- poivre du moulin

Préparation de la recette 

1/ Lavez tous les légumes, et récupérez les bouquets de chou romanesco. Dans une casserole d'eau bouillante salée au gros sel, faites cuire le chou pendant 10 à 12 minutes. Pendant ce temps, faites infuser les sachets de bouillon de volaille pendant 10 minutes dans l'eau chaude, puis ajoutez la crème et faites bouillir.

2/ Une fois les choux cuits, égouttez-les et mixez-les avec le bouillon de volaille crémé. Rectifiez l'assaisonnement et détendez avec un peu de lait froid si le velouté est trop épais.

3/ Épluchez et coupez en petits dés l'échalote et hachez le persil. Séparez les champignons un à un. Dans une poêle avec un filet d'huile d'olive, faites revenir les champignons avec une pincée de sel et ajoutez l'échalote et le persil. Faites cuire à feu moyen pendant 5 minutes.

4/ Dans une casserole d'eau frémissante, plongez les œufs pendant 6 minutes, puis écalez-les.

5/ Dans une assiette creuse, dressez les champignons au centre de l'assiette, déposez l’œuf au centre et coupez-le en deux pour faire apparaître le jaune coulant. Versez le velouté chaud dans un verre ou une carafe et versez-le dans l'assiette au dernier moment. 



21 décembre 2016

Stollen de Noël

Le stollen est une spécialité de Noël en Allemagne et dans les régions de l'est de la France, comme l'Alsace. Et il faut bien avouer qu'en termes de gastronomie traditionnelle pour les fêtes, l'Alsace est bien LA référence en la matière. La preuve en est le nombre incalculable de recettes imprononçables qui fleurissent sur la toile à l'arrivée des fêtes, commes les butterbredela (petits gâteaux au beurre), les schwowebredela (sablés à la cannelle), ou encore les zimsterne (étoiles à la cannelle).

En fan inconditionnelle de brioche, j'ai décidé de me lancer dans le stollen, et pour être sûre du résultat je me suis (très fortement) inspirée de la recette de Christophe Felder.
Et paf ! J'ai réussi du premier coup.
Le stollen était très parfumé, entre les écorces d'agrume, la cannelle, le Rhum (j'ai utilisé le fond d'un vieux Rhum arrangé à la vanille, ça aide !), les raisins secs et bien sûr, les fruits confits.
Une telle richesse de saveur m'a convaincue de ne pas pousser le vice jusqu'à le fourrer à la pâte d'amande. Pour moi, c'est vraiment facultatif dans la mesure où le tout est déjà bien garni et bien sucré. Mais après tout si vous en raffolez, faites-vous plaisir !
C'est vrai qu'en dehors de la période de Noël, on a moins l'habitude de consommer la pâte d'amande.

Cette recette vous permettra de réaliser un (gros) stollen, ou deux petits.
J'ai opté pour la version familiale qui, comme vous pourrez le constater, ressemblera plus à une grosse miche de pain à la sortie du four.
Mais une fois recouvert de sucre glace et servi au petit-déjeuner avec un bon café, un thé ou (soyons fou) au goûter avec un bon chocolat chaud aux épices de Noël, plus de doute, il s'agit bien de votre nouvelle brioche favorite !


***

Préparation : 20 minutes
Cuisson : 50 minutes
Repos : 2h45
Difficulté : moyen

Ingrédients 

Pour le levain :
- 5cl de lait entier (tiède)
- 60 g de farine
- 10 g de levure de boulanger déshydratée

Pour la pâte :
- 380 g de farine
- 1 œuf
- 80 g de sucre
- 12 cl de lait entier
- 100 g de beurre ramolli
- 10 g de levure de boulanger déshydratée
- 1/2 orange non traitée
- 1/2 citron non traité
- 1 c.c de cannelle en poudre
- 5 g de sel fin

Pour la garniture :
- 40 g de noisettes concassées
- 30 g de raisons secs blonds
- 150 g de macédoine de fruits confits 
- 3 c.s de Rhum

Pour la finition :
- 30 g de beurre fondu
- Sucre glace 

Préparation de la recette 

1/ Mélangez les ingrédients de la garniture et arrosez-les de Rhum. Laissez macérer.

2/ Mélangez les ingrédients du levain dans la cuve de votre robot et battez énergiquement pendant 1 minute. Recouvrez le levain avec les 380 g de farine de la pâte pour éviter qu'il ne croûte.
Laissez reposer 45 minutes sans couvrir, et si possible près d'une source de chaleur.

3/ Ajoutez les autres ingrédients de la pâte : le sel, l’œuf, le sucre, le lait, le beurre ramolli, la levure et la cannelle. Terminez avec les zestes d'orange et de citron.
Pétrissez l'ensemble à vitesse moyenne (vitesse 3) pendant environ 5 minutes
Une fois que la pâte obtenue est ferme et élastique, déposez-la sur un plan de travail fariné, formez une boule que vous déposerez dans un saladier recouvert d'un torchon propre. 
Laissez reposer 1h près d'une source de chaleur. 

4/ Une fois la pâté doublée de volume, déposez-la sur un plan de travail fariné et étalez-la jusqu'à obtenir un carré d'environ 25 cm. 
Égouttez la garniture et répartissez-la sur la pâte. Reformez une boule en pétrissant bien pour que les fruits soient bien imprégnée à la pâte, puis formez de nouveau un carré un 25 cm. 

5/ Pliez le stollen : recouvrez 1/3 de la pâte par un autre tiers, et terminez par le tiers restant sur le dessus. En gros, cela doit faire un zig-zag de pâte :-)
Laissez reposer une dernière fois 1h sous un linge propre.
Avant les 10 dernières minutes de repos, préchauffez votre four th. 5-6 (170°C)
Déposez le stollen sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé et enfournez pendant 45 minutes.

6/ Sortez le stollen du four, badigeonnez-le de beurre, puis remettez-le au four pendant 2 minutes. Répétez l'opération 3 fois. 
Badigeonnez-le de sucre glace une fois sorti du four, légèrement refroidi. 









15 décembre 2016

L'Assiette Champenoise, ou mon escapade rémoise

Ça y est, j'ai enfin trouvé le temps de vous parler de mon dernier petit béguin, qui va de ce pas rejoindre ma sélection de "Bonnes tables".
La bonne nouvelle, c'est qu'il n'est pas encore trop tard pour vous partager le bon plan.
Allez, je vous explique tout.

Comme j'habite à Paris et que je fais partie des petits chanceux qui possèdent une voiture, il y a 15 jours j'ai pris la route avec mon amoureux direction la charmante ville de Reims, capitale du champagne.

Pour l'occasion, et comme je ne pars jamais en week-end sans passer au crible les bonnes adresses aux alentours, j'ai jeté mon dévolu sur l'Assiette Champenoise, le restaurant triplement étoilé du chef Arnaud Lallement. Plus précisément, il s'agit du restaurant familial, repris en 1999 par Arnaud Lallement alors qu'il n'avait que 24 ans. C'est avec passion et persévérance qu'il va lui redonner ses lettres de noblesse, en décrochant en 2001 une première étoile au Guide Michelin (perdue en 1994 par son père), suivie d'une seconde en 2005, jusqu'à la consécration en 2014 où il décroche sa troisième étoile.



Le restaurant connait donc une ascension fulgurante depuis 15 ans, et est vite devenu une référence en matière de table d'excellence. Et qui dit table d'excellence, dit cadre d'exception. En passant le portail d'entrée, il y a fort à parier que vous aurez le souffle coupé et l'impression de plonger dans une parenthèse enchantée, dans un écrin de beauté et de zenitude absolus, où cohabitent habilement tradition et modernité.

Pour revenir à mon histoire, et avant d'aller plus loin, je tiens à préciser que je suis pas une habituée des palaces et que ce n'est pas du tout grâce à mon blog que j'ai pu profiter de ce moment d'exception. Et c'est là que cela va devenir intéressant pour vous, chers lecteurs !

Car là où je veux en venir, c'est que ce luxe est à portée de main (ou accessible à toutes les bourses, c'est vous qui voyez). Le chef et son équipe ont en effet eu la brillante idée de rendre accessible la haute gastronomie aux "jeunes". Par jeunes, entendez moins de 35 ans (on se sent bien là d'un coup, hein ?) Allez, je vous le donne en mille : jusqu'au 30 janvier 2017, en cliquant ici, vous pourrez vous offrir un menu trois étoiles avec accord mets et vins pour seulement 150€/ pers.
Soit l'équivalent d'un restaurant une étoile à Paris, ou d'un bon restaurant non étoilé (on connait la capacité des bouteilles de vin à venir flinguer la note, ne me dites pas le contraire).

C'est donc cette formule que j'ai testée, et autant vous dire que c'était le meilleur menu enfant de toute ma vie !! Blague à part, mes attentes ont été largement dépassées.
Ce doit être une question d'habitude, mais le ballet des serveurs avec pirouette pour ramener le beurre, courbette pour le "bon appétit" et vire-voltage au moment de soulever les cloches, ça m'a drôlement impressionnée. Oui je caricature (un peu) !

J'avais peur d'une ambiance trop guindée, où on ne vous pardonne aucune erreur sur les règles de bien séance, mais tout s'est bien passé, je crois que nos voisins de table n'ont pas fait les gros yeux.
Surtout que nous étions regroupés dans une salle à l'étage où la moyenne d'âge était plutôt jeune.
J'en ai déduit que c'était la salle "Assiette des jeunes" :-)

Sur ce, je crois qu'il est temps de vous présenter ce que nous avons dégusté tout au long de ce repas.


Amuses bouches, servis avec un champagne Extra Brut Grand Cru "Les parcelles" de Pierre Paillard

Les amuses bouches, comme le reste du menu, changent à chaque service.
Avant de vous les servir, on vous demandera si vous avez des restrictions alimentaires.

Tradition / Potée champenoise 

D'excellents champagnes vous seront servis pour accompagner ces entrées.
En témoigne la finesse de ces bulles :




Tourteau de Bretagne / Bouillon de crustacés 

Raviole / Fontina 

Saint Pierre de Petit Bateau / Betterave, servi avec un Sancerre Blanc 2015 de Pascal Jolivet

Pigeonneau fermier / Tourte, servi avec un verre de rouge Château La Verrerie "Famille Descours" 2012

Ce pigeonneau est le plat signature de l'Assiette Champenoise, celui qui a fait sa réputation.

Fromages / Philippe Olivier

Cet impressionnant plateau de fromage nous vient d'une fromagerie familiale centenaire, établie à Boulogne-sur-Mer, dans laquelle le chef a ses habitudes.

Citron M. Bachès

Ce citron est un trompe l’œil !
A l'intérieur, on retrouve un cœur fondant au chocolat blanc.

Mignardises servies avec un verre de Ratafia de champagne de Julien Chopin

Cannelés

Au-delà de toute la poésie qui émane des assiettes, les vins étaient d'une qualité remarquable. Il est rare que je parvienne à apprécier autant le vin que le plat qui l'accompagne, et on l'occurrence ce sont les vins qui m'ont véritablement marquée. La liste présentée ci-dessus est non exhaustive, nous avons eu pas moins de 6 verres de vin servis tout au long du repas. Attention au moment de prendre la route... surtout si vous revenez d'une visite de cave !

Nous avons achevé notre déjeuner avec un café servi dans l'ambiance feutrée du bar situé au rez-de-chaussée, où il est également possible de prendre l'apéritif en attendant de passer à table.
L'été, le café et/ ou l'apéritif peuvent se prendre sur la magnifique terrasse offrant une vue imprenable sur le parc.

Une belle échappée hors du temps, à s'offrir pour les grands moments !

L'Assiette Champenoise
40, Avenue Paul-Vaillant Couturier
51 430 Tinqueux
Tél : 03 26 84 64 64
Le restaurant est fermé les mardi et mercredi, et est à 5 minutes du centre de Reims.
Pour les parisiens, Reims est désormais à 45 minutes en TGV ;-)

Autres bonnes adresses rémoises :
- Le coq rouge : un bar à manger où il fait bon grignoter quelques tapas de haute voltige accompagnées d'un bon verre de vin.
- Le domaine Pommery : les plus belles caves de Reims ! Plongez-vous le temps d'une visite guidée dans la fabuleuse histoire de cette famille hors du commun, qui accueille régulièrement les œuvres d'artistes contemporains.
- La villa Demoiselle : poursuivez l'aventure avec la visite de la Villa Demoiselle, somptueuse demeure jouxtant le domaine Vranken/ Pommery. Suivez le guide et laissez-vous emporter par son histoire !

10 décembre 2016

Spaghetti au gorgonzola, noix et pousses d'épinard

Parfois, il suffit de pas grand chose pour sublimer un plat de pâtes.
Loin de moi la prétention de vous présenter mon plat comme un chef d'oeuvre, si j'ai décidé de publier cette recette c'est plutôt pour vous montrer qu'avec quelques ingrédients sympa, on peut encore s'extasier en mangeant des spaghetti !

Rien de bien compliqué donc dans cette recette, juste 4 ingrédients magiques : du gorgonzola (pour le gourmand), des noix (pour le croquant), des figues séchées (pour la petite note sucrée), et des jeunes pousses d'épinard (pour la bonne conscience verdure, la couleur, etc.)
En deux temps trois mouvement, hop ! Vous verrez que la magie va opérer.

Au moment de passer à table, vous serez même pris d'une frénésie à vouloir en reprendre encore un peu. Puis encore un peu. (Ok, j'essaie peut-être de me rassurer sur mon cas...)

Si vous souhaitez accompagner ce plat d'un verre de vin, je vous conseille un vin rouge type St-Joseph, ou un rosé du Languedoc (type Pic-Saint-Loup). Même si on a coutume de marier le gorgonzola et les fromages persillés avec des vins blancs liquoreux, les figues sèches ne rendraient pas service à cet accord, qui viendrait vite saturer nos papilles.

L'idée est donc de choisir un vin à la hauteur de ce plat riche en goût, sans pour autant qu'il ne vienne masquer celui du gorgonzola. Ce n'est pas une mince affaire, mais les amateurs de vin devraient s'en sortir (et sinon, il y a toujours les cavistes pour cela !)

***

Préparation : 15 minutes
Cuisson : 8 minutes
Difficulté : facile 

Ingrédients (pour 4 personnes)
- 500 g de spaghetti
- 50 cl de crème liquide
- 200 g de gorgonzola
- 60 g de noix décortiquées
- 60 g de pousses d'épinard
- 8 figues séchées
- Gros sel
- Poivre du moulin
- sel fin

Préparation de la recette   

1/ Lavez les pousses d'épinard, puis séchez-les. Empilez les feuilles les unes sur les autres et coupez-les en très fins filaments. Réservez.

2/ Hachez les figues en petits dés. Dans une casserole, faites fondre le gorgonzola dans la crème (sans les croûtes, hein), puis ajoutez les figues. Rectifiez en sel et poivre.

3/ Dans une casserole d'eau bouillante salée, faites cuire les spaghetti en suivant les indications du paquet. Égouttez-les et mélangez-les à la sauce. 

4/ Il ne vous reste plus qu'à dresser : dans des assiettes creuses, dressez les spaghetti au gorgonzola puis déposez par-dessus les filaments d'épinard et les noix concassées. Terminez par quelques tours de moulin à poivre. 







2 décembre 2016

Noix de Saint Jacques au chou rouge et oignon vinaigrés

Ça y est, on entre de plein pied dans la saison hivernale !
Et qui dit hiver dit bons petits plats réconfortants comme on les aime.
Les noix de Saint Jacques, c'est un peu le réconfort que l'on s'autorise volontiers à l'approche de Noël...

En version sucrée/ salée, j'ai plutôt l'habitude de cuisiner les Saint Jacques avec des agrumes, comme l'orange ou la clémentine (rôtie avec un peu de beurre et de miel... un régal), c'était donc une première pour moi de tenter l'association avec des pommes Granny Smith. Et autant vous dire que je n'ai pas non plus l'habitude de cuisiner le chou rouge... Comme quoi, parfois il est intéressant de sortir un peu des sentiers battus (ou de sa zone de confort, enfin vous me comprenez) car toutes ces associations un peu incongrues ont donné naissance à un plat à franc succès !

Tout en finesse, il aurait parfaitement sa place sur une table de fête.
Pour le mettre davantage en valeur, je vous conseille de le servir avec un bon Riesling (les vins blancs secs d'Alsace sont les alliés idéals des poissons fins), ou de tenter une association plus audacieuse, avec un champagne ou un Crémant de Loire. Testé et approuvé !

***

Préparation : 20 minutes
Cuisson : 25 minutes
Difficulté : facile

Ingrédients (pour 4 personnes)
- 16 noix de Saint Jacques sans corail
- 5 cl d'huile d'olive
- 1/2 chou rouge
- 30 g de miel
- 2 oignons
- 2 pommes Granny Smith
- 5 cl de vinaigre de Xérès
- 40 g de beurre
- sel fin
- poivre fin

Préparation de la recette  

1/ Épluchez les oignons et coupez-le en fines lamelles. Épluchez les pommes et coupez-les en petits dés réguliers. Effeuillez le chou rouge, retirez les grosses côtes blanches et lavez les feuilles. Emincez-le en très fines lamelles. 

2/ Dans une casserole, faites suer l'oignon avec le beurre à feu moyen pendant 5 minutes avec une pincée de sel. Ajoutez le miel, le vinaigre et le 3/4 des pommes. Faites cuire pendant 5 minutes, puis ajoutez le chou rouge et faites cuire à couvert pendant environ 20 minutes, jusqu'à obtenir une "tombée de chou". 

3/ Épongez les Saint Jacques dans du papier absorbant afin de bien les sécher. Assaisonnez-les de sel et de poivre. Dans une poêle bien chaude avec un filet d'huile d'olive, faites cuire les Saint Jacques 90 secondes chaque côté. 

4/ Dressez un lit de chou rouge au centre des assiettes, puis déposez dessus les noix de Saint Jacques et parsemez des dés de pomme restants.






18 novembre 2016

Parmentier de cuisse de canard confite, purée de patates douces

Si vous recherchez une recette de parmentier de canard "express", ne bougez plus, c'est ici !

Il s'agit d'une recette que j'ai revisitée pour Cook'n box, toujours dans le cadre du partenariat qu'ils m'ont proposé pour twister quelques-unes de leurs recettes (allez, je vais épargner le petit laïus à ceux qui ont l'habitude de me lire...pour les autres, pourquoi ne pas jeter un œil à ma recette d'émincé de magret de canard, navets braisés à l'orange ?)

Je vous rassure je ne fais pas une fixette sur le canard, j'ai juste décidé de poster cette nouvelle recette parce que je suis sûre que vous aimez la patate douce (sérieusement, qui peut ne pas aimer la patate douce ?) et que vous n'avez peut-être pas l'habitude de cuisiner la cuisse de canard confite.
Et oui, c'est gras, on s'en met plein les doigts, mais punaise qu'est-ce que c'est bon ! 
Je vous jure qu'on oublie vite cette désagréable expérience adipeuse.

Et puis d'abord, c'est la patate douce qui l'emporte !
Sa douceur en fait l'allié idéal, dans la mesure où le confit de canard est attention, scoop très salé. Soyez donc plutôt généreux sur la purée, cela vous évitera de descendre des litres d'eau à la fin du repas. Bon sinon, c'est juste une tuerie ce parmentier ;-)

***

Préparation : 20 minutes
Cuisson : 25 minutes
Difficulté : facile

Ingrédients (pour 4 personnes)
- 300 g de pommes de terre
- 300 g de patates douces
- 4 échalotes
- 4 cuisses de canard confites
- 2 gousses d'ail
- 20 cl de crème légère
- 1/2 botte de cerfeuil
- 1 c.s de fond de veau
- Sel fin
- Poivre du moulin
- Gros sel
 
Préparation de la recette

1/ Épluchez les pommes de terre et les patates douces. Lavez les légumes puis les couper en gros morceaux. Les disposer dans une casserole puis recouvrir d’eau à hauteur. Salez au gros sel puis cuire à couvert pendant 15 minutes.
2/ Retirez les os des cuisses de canard et la peau puis effilocher la chaire. Récupérez un peu de graisse de canard sur les cuisses pour la cuisson des échalotes.
3/ Épluchez l’ail et les échalotes, coupez-les en fines lamelles et faites-les revenir quelques minutes dans une poêle chaude. Ajoutez alors la chaire de cuisse de canard et le fond de veau. Laisser cuire à feu doux pendant 10 minutes à couvert.
4/ Effeuillez le cerfeuil que vous aurez lavé et ajoutez-le en fin de cuisson dans la poêle.
5/ Égouttez les légumes, puis écrasez-les jusqu'à obtenir une purée bien lisse. Ajoutez la crème légère, le sel et le poivre, et mélangez bien.
 6/ Dans des cercles à pâtisserie, déposez 3 cuillères de purée, puis 3 cuillères de cuisse de canard, et terminez en recouvrant avec de la purée. Démoulez délicatement.




14 novembre 2016

Krantz cake au chocolat noir et noix de pécan

Eh oui, je reviens de nouveau avec une recette de boulange !

Il faut dire que les longs et tout gris week-end de novembre sont propices à se mettre derrière les fourneaux, à la recherche d'un peu de réconfort.
Je n'en suis pas à ma première expérience avec le krantz cake, peut-être vous souvenez-vous d'un premier essai que j'avais posté sur ce blog (à l'époque où il avait fait fureur sur tous les blogs culinaires, suite à son passage dans l'épreuve technique de l'émission Le Meilleur Pâtissier sur M6), qui ne me donnait plus tellement satisfaction et que j'ai donc décidé de refaire.

Pour la parenthèse culturelle, le krantz cake est très répandu dans la tradition culinaire juive d'Europe de l'Est, au même titre que la Babka, sa petite cousine. Étymologiquement, on peut traduire "krantz cake" par "brioche tressée"(oui d'accord, pour le scoop on repassera).
Le fourrage peut-être de différentes sortes, j'ai vu par exemple des recettes qui remplaçaient les noix de pécan par des écorces d'oranges confites, mais ne vous aventurez pas trop à rajouter des ingrédients sucrés, le krantz cake l'est déjà bien assez !

Par contre, défense absolue de remplacer la préparation au chocolat par quoi que ce soit d'autre. Vous comprendrez mieux quand vous ne pourrez plus vous empêcher de lécher la spatule !!
Pareil pour les noix de pécan, vous n'êtes pas obligé de les mettre mais elles apportent le croquant (Cyril, sors de ce corps) qui va faire toute la différence au moment de la dégustation.

Enfin pour le glaçage, là aussi j'ai envie de dire plus c'est gros plus ça passe !
On n'est plus à quelques grammes de sucre près, je vous conseille donc de donner cette petite touche de grâce à votre krantz cake, qui lui donnera également l'occasion de briller sous les feux des projecteurs...

***

Préparation : 1h
Cuisson : 30 minutes
Repos : une nuit + 1h + 1h30
Difficulté : moyenne

Ingrédients 
Pour la pâte :
- 270 g de farine
- 50 g de sucre
- 1 c.c bombée de levure de boulanger déshydratée
- 2 œufs
-  6 cl d'eau
- 1 pincée de sel
- 75 g de beurre mou
Pour le fourrage :
- 25 g de sucre glace
- 15 g de cacao en poudre non sucré
- 70 g de chocolat noir pâtissier
- 60 g de beurre doux
- Noix de pécan 
- 1 c.s de sucre
Pour le sirop :
- 130 g de sucre
- 10 cl d'eau 

Préparation de la recette 

1/ La veille, préparez votre pâte à brioche.
Mélangez dans la cuve de votre robot pâtissier la farine, le sucre et la levure, à l'aide du crochet qui pétrit. Au bout d'une minute, sans cesser de pétrir, ajoutez un à un les œufs puis l'eau. 
Augmentez la vitesse de pétrissage (je suis passée de la vitesse 1 à 3) pendant environ 3 minutes.
Une boule de pâte doit commencer à se former.
 Ajoutez alors le sel, puis le beurre mou que vous aurez coupé en petits cubes, sans cesser de battre. 
Toujours sur vitesse 3, pétrissez pendant environ 10 minutes.
N'hésitez pas à rajouter de la farine pour que la pâte se détache bien des parois de la cuve.

2/  Une fois votre pâte bien homogène, placez-la dans un saladier recouvert d'un torchon propre et laissez au frigo pendant une nuit.

3/ Le lendemain (pas besoin de vous lever aux aurores, pour ma part je n'ai retravaillé la pâte que le lendemain après-midi), sortez votre pâte du frigo et dégazez-la.

[Dégazer signifier expulser l'air contenu dans la pâte, qui a dû doubler de volume].

4/ Graissez et farinez un moule à cake.
Étalez votre pâte sur un plan de travail fariné, en essayant de former un grand rectangle de 40x30cm.
Réalisez ensuite le fourrage au chocolat : dans un bol allant au micro-ondes, faites chauffer le beurre et le chocolat. Une fois fondus, mélangez bien et ajoutez le sucre glace et le cacao en poudre. 
Étalez le mélange sur votre pâte à l'aide d'une spatule, en prenant soin de laisser une marge de 2cm avec le bord.
Ajoutez les noix de pécan grossièrement concassées, et saupoudrez le tout de sucre. 

5/ Commencez alors à rouler la pâte pour former un long boudin.
Placez la jointure côté plan de travail, et munissez-vous d'un couteau bien aiguisé.
Tranchez très délicatement votre boudin en deux parts bien égales, en vous y prenant à deux fois.
Entrelacez ensuite les deux boudins entre eux, comme si vous faisiez une tresse. 
Placez ensuite votre tresse dans votre moule à cake graissé.

6/ Recouvrez le moule d'un torchon propre, et laissez reposer à température ambiante pendant 1h30.

7/ Préchauffez votre four à 190°C quelques minutes avant la fin du temps de pousse, puis enfournez pendant 30 minutes.

8/ Pendant ce temps, préparez le sirop : dans une casserole, faites chauffer le sucre et l'eau jusqu'à ce que le sucre soit totalement dissout (attention, n'allez pas jusqu'au caramel ! Le sucre doit juste fondre, dès la première ébullition retirez du feu).

Une fois votre brioche sortie du four, badigeonnez-la généreusement de sirop. 
Laissez refroidir un peu avant de démoulez, et dégustez sans plus attendre !



12 novembre 2016

Mini bundt cake au citron et pavot

Il y a quelques semaines, je vous parlais d'une nouvelle marque partenaire qui m'avait très gentiment proposé de tester quelques uns de ses produits pour vous faire part de mes impressions et ressentis de cuisinière aguerrie (bon je m'enflamme, disons plutôt... "touche à tout"?).

Cette marque s'appelle Homy, et propose tout un tas d'accessoires et de petit ameublement pour faire de votre intérieur un véritable cocon. Je vous en avais déjà parlé dans un article où je vous livrais tous les secrets du savarin (à l'orange et au Cointreau, en l'occurrence) et où j'avais pu tester le moule à savarin 100% silicone, qui m'avais permis de m'en sortir relativement convenablement ! Comme quoi, avec du bon matériel tout devient possible... Même réussir son premier savarin ;-)

Cette fois-ci, c'est le moule à mini kouglof que j'ai pu tester. 
Comme tous les autres moules de la marque, celui-ci dispose de toutes les caractéristiques qui en font de vrais moules de compet': 100% silicone (donc garantie démoulage impeccable), il résiste au four à 220° et au congélateur à -40°, et pour le lavage, un simple jet d'eau tiède suffit (vous pouvez néanmoins le mettre au lave-vaisselle si besoin). Quant au prix, il est tout à fait abordable puisqu'il n'excède pas les 8€ (7,99€ plus exactement).

Et une fois de plus, je suis super contente du résultat !
Loin du traditionnel kouglof, je me suis amusée à donner à mes petits gâteaux au citron et pavot des allures de bundt cake. Ça en jette pas mal au moment de sortir les petits gâteaux pour le thé ;-)

N'étant pas une grande fan du glaçage, je les ai réalisés sans, mais pour les plus gourmands pas de panique, je vous explique comment faire !

***

Préparation : 10 minutes
Cuisson : 40 à 45 minutes
Difficulté : facile

Ingrédients (pour 12 mini bundt cake)
- 150 g de sucre
- 150 g de beurre fondu
- 150 g de farine
- 3 œufs
- 1 sachet de levure
- 1 c.s de graines de pavot
- 2 citrons
Pour le glaçage (facultatif) :
- 65 g de sucre glace
- 1 c.s de jus de citron

Préparation de la recette

1/ Préchauffez votre four à 160°C.
Dans un grand saladier, mélanger les œufs et le sucre. Ajoutez la farine, puis la levure.

2/ Faite fondre le beurre, et ajoutez-le au mélange.

3/ Ajoutez le zeste et le jus des citrons, puis les graines de pavot.

4/ Remplissez votre moule à mini kouglof à hauteur, et enfournez pour 40 à 45 minutes.
Attendez que vos mini bundt cake aient totalement refroidis avant de les démouler.

Si vous ne souhaitez pas de glaçage, ça y est, c'est prêt ! Pour les autres :

5/ Mélangez le sucre glace avec le jus de citron, et répartissez sur vos mini bundt cake à l'aide d'une petite cuillère.

Faites chauffer la bouilloire, et dégustez sans attendre avec un bon thé !

11 novembre 2016

Soupe au potimarron, carottes, curry et lait de coco

C'est la saison des soupes !

J'adore mélanger tout un tas d'ingrédients que je trouve dans le frigo pour faire des soupes à ma façon. La semaine dernière, j'ai acheté un potimarron pour faire une soupe avec les quelques carottes et une brique de lait de coco qui me restaient d'une ancienne recette (hier, c'était avec des restes de pomme de terre d'une raclette...) J'aime beaucoup rajouter du curry, ça ré-hausse le goût parfois un peu fade des légumes et cela évite également de trop saler.

Si vous n'avez jamais fait de soupe maison, je vous conseille d'essayer avec cette recette qui est vraiment très simple, et qui ne nécessite qu'un mixeur (plongeant, c'est mieux), ou à la limite un presse-purée.

Pour vous donner une autre idée de recette, je sais déjà que la prochaine sur ma TO DO sera un velouté panais - coppa - coco (haricot, cette fois-ci).
Les variantes sont infinies, à vous de trouver votre bonheur !

***

Préparation : 10 minutes
Cuisson : 10 minutes
Difficulté : facile

Ingrédients (pour 2 personnes)
- 1 potimarron
- 3 carottes
- 400 ml de lait de coco
- Curry
- Sel & poivre 

Préparation de la recette 

1/ Coupez le potimarron en gros quartiers sans enlever la peau.
Enlevez toutes les graines, puis plongez les morceaux de potimarron dans une casserole d'eau bouillante salée pendant environ 10 minutes.

2/ Pendant ce temps, lavez et pelez les carottes.
Coupez-les en gros morceaux, et plongez-les dans une casserole d'eau bouillante salée pendant environ 10 minutes.

3/ Retirez la peau du potimarron, et mélangez dans un même récipient la chair du potimarron et les carottes. Ajoutez le lait de coco, et mixez pendant quelques secondes à l'aide d'un mixeur plongeant.

4/ Une fois la texture bien lisse, ajoutez le curry à votre convenance (j'en ai mis une grosse cuillère à soupe !), un peu de sel et de poivre, puis mixez à nouveau pour obtenir un mélange bien homogène.

Goûtez votre soupe et rectifiez l'assaisonnement si nécessaire, et délayez avec un peu d'eau chaude si vous trouvez la texture trop compacte.

6 novembre 2016

Rillettes aux deux saumons

Une recette toute simple, qui fait généralement l'unanimité !
Utilisez de préférence du saumon bio, pour le reste vous pouvez varier les plaisirs en remplaçant le St Môret par du Philadelphia ou du carré frais, ou en rajoutant un peu de vin blanc à votre préparation.

Servez vos rillettes bien fraiches, et accompagnez-les d'un petit verre de vin blanc ;-)
Vous verrez, à l'heure de l'apéro elles ne feront pas long feu !

*** 

Préparation : 10 minutes
Cuisson : 10 minutes
Difficulté : facile

Ingrédients
- 1 pavé de saumon frais
- 150 g de saumon fumé
- 120 g de St Môret
- Aneth
- 1 citron 
- 1 sachet de court-bouillon
- Poivre du moulin

Préparation de la recette

1/ Passez le saumon sous l'eau froide et séchez-le à l'aide d'un torchon propre.
Plongez-le dans une casserole d'eau bouillante avec le court-bouillon, et faites-le cuire pendant environ 10 minutes. Égouttez et laissez refroidir. 

2/ Ôtez la peau du saumon, et émiettez-le avec une fourchette. 
Hachez finement les tranches de saumon fumé, et ciselez l'aneth.

3/ Mélangez ensemble les deux saumons, l'aneth et le St Môret. Assaisonnez avec un filet de jus de citron et quelques tours de moulin à poivre. 

Réservez au frais jusqu'au moment de servir !


2 novembre 2016

Brioche flocon au Nutella

Avec le retour de la douceur matinale, j'adore me réveiller le matin en sachant qu'il y a une bonne brioche qui m'attend pour le petit-dej. J'essaie d'en faire le plus souvent possible car la brioche et moi, c'est une grande histoire d'amour ! Vous vous souvenez peut-être de ma recette de brioche roulée à la cannelle, de ma brioche buchty moelleuse, de ma brioche kringle aux pépites de chocolat au lait, de mon chinois brioché à la crème pâtissière, ou encore de mes mini brioches suisses...

Finalement je commence à en avoir testé, de la boulange ;-)
Il faut dire que depuis l'achat de mon Kmix il y a deux ans, je m'en donne à cœur joie. Toutes ces recettes sont réalisables sans robot pâtissier bien sûr, mais pour gagner du temps et de l'énergie y'a pas photo !

Cette recette de brioche flocon au Nutella a attiré mon attention par sa jolie forme (qui en fait une belle présentation sur une table de petit-dej), et il faut bien l'avouer, parce qu'il y avait Nutella dans le titre ! Pour être tout à fait honnête, je n'achète jamais de Nutella donc j'ai utilisé une pâte à tartiner aux noisettes bio du Piémont, mais cela faisait un peu trop long comme titre (et snob!).

Bref, utilisez ce que vous voulez du moment que cela vous fait plaisir. Le principe est toujours le même, évitez juste de tartiner les couches de pâte comme vous tartineriez vos crêpes à la chandeleur (allez-y mollo quoi), et tout devrait bien se passer.

Je vous explique tout en détail et j'espère que vous m'en direz des nouvelles !

***

Préparation : 45 minutes 
Repos : 2h30
Cuisson : 30 minutes
Difficulté : moyen

Ingrédients (pour 6 personnes)
- 650 g de farine T45
- 70 g de sucre 
- 20 cl de lait 
- 1 sachet de levure boulangère déshydratée
- 3 oeufs
- 120 g de beurre mou
- 1 c.c rase de sel
- 1 jaune d'oeuf (pour la déco)
- 1 pot de Nutella

Préparation de la recette

1/ Dans un saladier, versez la farine, le sucre en poudre, les œufs, la levure délayée dans 1 c.s d'eau tiède, le lait tiède et le sel.Pétrissez le tout avec vos mains ou à l'aide du crochet de votre robot pâtissier. 

2/ Dès que les ingrédients commencent à s'amalgamer, rajoutez le beurre coupé en petits dés.
Pétrissez jusqu'à obtenir une pâte à brioche bien lisse. 

3/ Formez une boule et laissez reposer la pâte à brioche sous un torchon sec et propre à proximité d'une source de chaleur. Au bout de 2h, elle va doubler de volume.

4/ Une fois votre pâte à brioche doublée de volume, dégazez-là pour en chasser les petites bulles d'air qui se sont formées (il vous suffit de la pétrir à nouveau avec vos mains).
Ensuite, formez 4 boules de taille égale. Sur un plan de travail fariné, étalez chaque boule de pâte en un cercle d'environ 0,5 cm d'épaisseur.

5/ Sur une plaque de cuisson recouverte de papier cuisson, déposez un cercle de pâte à brioche. Badigeonnez-le de Nutella (ou de pâte à tartiner de votre choix).

6/ Recouvrez avec un second cercle de pâte à brioche et badigeonnez-le de la même façon.
Recommencez l'opération une dernière fois, puis déposez le dernier cercle de pâte à brioche.

7/ Placez au centre de la brioche un petit verre à eau et coupez la brioche en 8 parts égales, en allant bien du verre jusqu'au bord. Entaillez ensuite chaque part en son milieu, jusqu'à 1 cm du bord.
Faites passer les deux coins du triangle par la fente, d'arrière en avant, sur toutes les parts. Procédez délicatement pour obtenir de jolis flocons :-)

8/ Laissez à nouveau reposer 30 minutes sous un chiffon propre.
Pendant ce temps, préchauffez votre four à 180°C.
Badigeonnez votre brioche à l'aide d'un pinceau et d'un jaune d'oeuf délayé dans un peu d'eau.

9/ Enfournez 30 minutes à 180°C.
Laissez refroidir entièrement avant de déguster...



27 octobre 2016

Ristretto, où comment j'ai déniché la dernière pépite des trattoria parisiennes

Ristretto a ouvert ses portes le 3 septembre dernier, et je peux d'ores et déjà vous dire qu'il va vite devenir le QG de tous les amateurs de bonne gastronomie made in Italy. C'est en cherchant une nouvelle adresse de brunch que j'ai jeté mon dévolu sur cette trattoria nichée place des Vosges, au doux nom de café italien.

Pourquoi le Ristretto ? Parce que sa localisation dans Paris en fait l'endroit idéal pour se retrouver entre copines, que sa terrasse offre un panorama plutôt sympathique entre galeries d'art et façades du XVIIe, que le café mais aussi la burrata sont à tomber par terre, et que la formule brunch est aussi simple qu'efficace. Je vous le donne en mille : pour 22€ mesdames messieurs, vous aurez droit à un thé/ café + un jus pressé bio +  le pain de la Maison Landemaine avec une crème de noisette bio + 1/2 bruschetta du jour avec antipasti + un petit chou de la maison Popelini.

Mais ce n'est pas tout.
Lorsque j'ai rencontré Guillaume, qui a repris l'affaire il y a seulement quelques semaines, j'ai appris que tous les produits étaient triés sur le volet et les commandes passées directement auprès des fournisseurs, en Italie. On est donc sur des produits d'une grande qualité, le plus possible non transformés pour préserver leur authenticité, et sur un circuit d'approvisionnement court permettant une offre de produits ultra frais.

La burrata, par exemple : elle nous vient tout droit des Pouilles, et plus précisément de chez Terra Candido, célèbre pour ses produits de qualité issus de méthodes artisanales transmises de génération en génération. Elle était d'une finesse incroyable, ça fondait presque dans la bouche...

[Note : Terra Candido c'est aussi une boutique rue Bichat à Paris, si vous voulez prolonger l'expérience ou simplement goûter leurs produits.]

Que dire des antipasti, à savoir les olives siciliennes Nocellara del Belice, les artichauts à l'huile d'olive, le parmesan affiné 24 mois, le caviar d'aubergine fait maison ou encore le jambon blanc venu de Parme, si ce n'est que mes papilles ne s'en remettent toujours pas.

D'ailleurs, sachez que Ristretto dispose également d'un petit stand épicerie où vous pourrez vous procurer quelques uns des produits phares de la carte, comme la crème de noisette bio du Piémont (8,90€ les 212 g), la crème de poivrons jaunes (8,50€ les 180 g) ou encore les Amaretti (6,90€).

Si vous n'êtes pas très brunch, je vous conseillerais de venir goûter la soupe maison, qui m'a fait de l’œil tout au long du repas (ok, j'ai un peu louché sur la table d'à côté...) Les soupes sont préparées le matin même selon l'humeur du chef (le fameux Guillaume, aux multiples facettes) avec, sans surprise, des produits frais et de saison. Pour vous donner un petit aperçu :


Si ça, ça ne vous donne pas envie, je ne sais plus quoi faire pour vous ;-)

Je vous laisse à présent saliver sur les images de mon brunch, si cela devait finir de vous convaincre d'empoigner votre téléphone pour réserver votre petit coin de paradis !

Café, jus d'orange pressé bio et tartines à la crème de noisettes bio @Ristretto Paris
Bruschetta à la burrata et antipasti @Ristretto Paris

Choux Popelini à la crème framboise & rose et au chocolat @Ristretto Paris


L'image de la faim :-)

Ristretto Paris 
24 place des Vosges
75 004 Paris
Tél : 01.70.82.80.23 (réservation obligatoire pour le brunch)
Ouverture du mardi au samedi de 11h à 2h, et le dimanche de 9h à 17h
Retrouvez Ristretto sur Facebook & Instagram